Apple accusé d'abus de position dominante par la justice américaine

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 22 mars 2024 - 19:15
Image
Le géant américain Apple a été condamné lundi par le tribunal de commerce de Paris à une amende d'un
Crédits
AFP/Archives - Nicholas Kamm
AFP/Archives - Nicholas Kamm

La décision leur pendait au nez depuis des années. Vendredi 22 mars, le département de la Justice (DoJ) américain a déposé plainte contre Apple, l'accusant d'avoir abusé de sa position dominante pendant des années, notamment pour que l'iPhone reste sur son trône.

Aux Etats-Unis, l'iPhone détient ni plus ni moins que 65% du marché des smartphones. L'instance accuse Apple d'avoir violé le Sherman Antitrust Act, la loi américaine de 1980 qui entend limiter les comportements anticoncurrentiels des entreprises. "Nous alléguons qu’Apple a maintenu un pouvoir monopolistique sur le marché des smartphones, non seulement en restant en tête de la concurrence sur le mérite, mais aussi en violant la loi antitrust fédérale.", rapportait le procureur général.

"Le comportement d’exclusion généralisé d’Apple fait qu’il est plus difficile pour les Américains de changer de smartphone, compromet l’innovation en matière d’applications, de produits et de services et impose des coûts extraordinaires aux développeurs, aux entreprises et aux consommateurs", explique le DoJ. Il faut dire que, comme le rapporte Siècle Digital, Apple ne s'embête pas de trop de limites : blocage d'applications, suppression de services mobiles de cloud streaming, exclusion des messageries multiplateformes, diminution des fonctionnalités des montres intelligentes autres que celles d’Apple et limitation des portefeuilles numériques tiers... Tout est fait pour que l'écosystème de la pomme croquée se suffise à lui-même, si bien que tout ceux qui y entrent ne doivent pas en sortir.

Alors, pendant que le DoJ "cherche à obtenir un redressement équitable au nom du public américain", Apple enrage : "Ce procès menace notre identité et les principes qui distinguent les produits Apple sur des marchés extrêmement concurrentiels. Si elle aboutissait, elle entraverait notre capacité à créer le type de technologie que les gens attendent d’Apple". 

Si le géant américain perd ce procès, cela créera un précédent particulièrement limitant pour les entreprises du secteur. D'autant qu'elles pourront difficilement se rattraper en Europe, puisque le Vieux continent a récemment sorti les crocs en déployant son Digital Services Act et son Digital Markets Act.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.