Moscou annonce des exercices nucléaires près de l’Ukraine, sur fond de convocations des ambassadeurs français et britannique

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 08 mai 2024 - 09:30
Image
moscou
Crédits
Moslva News Agency / AFP
Le matériel militaire russe défile sur la Place Rouge lors du défilé militaire de la Journée de la Victoire dans le centre de Moscou le 9 mai 2023.
Moslva News Agency / AFP

La Russie hausse le ton. Face à la persistance des Occidentaux à doter Kiev d’armes capables d’atteindre le territoire russe et leurs “déclarations belliqueuses”, Moscou a annoncé lundi 06 mai 2024 la tenue prochaine d’exercices nucléaires près de l’Ukraine. Cette annonce intervient la veille de l’investiture de Vladimir Poutine pour un cinquième mandat non consécutif à la tête de son pays, après un quatrième mandat marqué par l’invasion de l’Ukraine et la menace de recourir à l’arme nucléaire en cas d’intervention occidentale sur le front. A ce propos, Moscou a affirmé son intention de frapper des “cibles britanniques” si jamais les missiles de longues portées fournis par Londres à Kiev atteignent le territoire russe.  

Le chef du Kremlin a profité hier mardi de son discours d’investiture pour tracer les grandes lignes de son nouveau mandat, le cinquième depuis 2000 : poursuivre cette confrontation, jusque-là indirecte, avec l’OTAN. Vladimir Poutine a dénoncé la “politique d’agression” de l’alliance transatlantique, qui n’empêchera pas la Russie de “devenir encore plus forte”. “Ensemble, nous vaincrons”, a-t-il affirmé. Quant à son bilan, il a particulièrement insisté sur les “terres historiques” de la Russie, qui “ont défendu le droit de rejoindre leur patrie”.  

Moscou dénonce des déclarations “belliqueuses”  

Ces déclarations font référence aux territoires ukrainiens annexés par Moscou et interviennent dans un contexte marqué par une percée, ces derniers mois sur le front, des troupes russes, qui ont tiré profit d’un essoufflement de l’aide occidentale. Celle-ci s’est ressaisie dernièrement avec une reprise des aides financières et militaires, auxquelles s’ajoutent des déclarations que le Kremlin a qualifié, lundi, de “belliqueuses”.  

Pour Dmitri Peskov, porte-parole du gouvernement russe, il s’agit essentiellement de celles qui évoquent l’envoi des contingents armés en Ukraine, c’est-à-dire placer des soldats de l’Otan face à l’armée russe”. Il a nommément critiqué Emmanuel Macron et sa “rhétorique très dangereuse”, tout comme celle des dirigeants britanniques et américains.  

Le président français défend depuis plusieurs semaines la possibilité d'envoyer des troupes occidentales au sol en Ukraine, en réponse à une percée de Moscou. Cette idée, exprimée déjà en février, a de nouveau été abordée la semaine dernière, malgré la désapprobation des alliés de la France. "Si les Russes devaient aller percer les lignes de front, s'il y avait une demande ukrainienne – ce qui n’est pas le cas aujourd'hui – on devrait légitimement se poser la question", a-t-il indiqué, estimant qu’écarter “a priori” une telle possibilité “c’est de ne pas tirer les enseignements des deux dernières années". 

Cette question, tout comme le transfert d’équipements militaires comme les chars et les avions vers Kiev ou encore le discours ambiant en Europe appelant à se préparer à un conflit direct avec la Russie, suscite l’ire de celle-ci. Vladimir Poutine, avait déjà annoncé en février dernier la sortie de son pays de l’accord de désarmement nucléaire New START (Strategic Arms Reduction Treaty - Traité sur la réduction des armements stratégiques) passé en 2010 avec les États-Unis.   

A peine deux mois plus tard, lundi 06 mai, Moscou annonce la tenue prochaine d'exercices nucléaires près de l'Ukraine, annonce faite par le ministère russe de la Défense, qui ne précise pas encore la date et le lieu de leur tenue. Ces exercices doivent permettre à l'armée russe de "s'entraîner à la préparation et à l'utilisation d'armes nucléaires non stratégiques, créées pour être utilisées sur le champ de bataille. 

Le nucléaire comme réponse aux armes “conventionnelles” 

L’aviation, la marine et les forces terrestres russes du district militaire Sud, basé tout près de l’Ukraine et couvrant des régions ukrainiennes annexées par Moscou, seront impliqués dans ces exercices, dont le nombre de militaires et d’équipements mobilisés n’a également pas été révélé. La Défense russe insiste sur le caractère “strictement défensif” d’un recours à l’arme atomique, c’est-à-dire “en cas d’agression avec des armes” non pas nucléaires mais “conventionnelles”, qui menaceraient “l'existence même de l’État”.  

Le Kremlin a par la même occasion averti Londres, menaçant de frapper ses cibles en Ukraine “et au-delà” si Kiev utilisait des armes britanniques pour atteindre le territoire russe. L’ambassadeur britannique Nigel Casey a été convoqué lundi après des déclarations de David Cameron, chef de la diplomatie britannique, "sur le droit de l'Ukraine à frapper le territoire de la Russie à l'aide d'armes britanniques". 

"Nigel Casey a été prévenu que n'importe quelle installation militaire ou équipement britannique en Ukraine et au-delà de ses frontières pourrait être pris pour cible en riposte à des frappes ukrainiennes avec des armements britanniques sur le territoire russe", a réagi le ministère russe dans ce communiqué. 

Si Washington affirme n’avoir observé “aucun changement” sur le positionnement “des forces stratégiques” russes, le Pentagone, par la voix de son porte-parole, Pat Ryder, a dénoncé une “rhétorique irresponsable que nous avons vue de la part de la Russie par le passé. C'est totalement inapproprié compte tenu de la situation sécuritaire actuelle". 

À LIRE AUSSI

Image
Le président Biden accuse la Chine, l’Inde, le Japon et la Russie de pays « xénophobes »
Les propos ont fuité à la suite d’une réunion de campagne mercredi 1er mai. La retranscription de cette entrevue, rendue publique le lendemain, crée l’émoi et vaut pou...
06 mai 2024 - 15:41
Politique
Image
Etienne Bommier
La Grande-Bretagne, un acteur silencieux mais puissant, dont l'influence dans le conflit russo-ukrainien dépasse les frontières visibles. Entretien avec Etienne Bommier
Etienne Bommier, ancien pilote, passé d’une carrière militaire dans l’armée de l’air, à une carrière dans le civil où il eut un rôle clé chez Alstom en Ukraine et en R...
10 avril 2024 - 13:29
Vidéos
Image
BENOIT PARE
Les enjeux d’Odessa – ville clé dans le conflit Russo ukrainien, Macron en comprend-il les enjeux en considérant y envoyer des troupes  ?
Benoit Paré, ancien fonctionnaire international a fait sa dernière mission pour l’OSCE à Odessa. Une ville portuaire d’un million d’habitants sur la mer Noire. Au-delà...
08 avril 2024 - 16:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.