La ligne rouge selon Macron et Medvedev

Auteur(s)
France-Soir avec AFP
Publié le 08 mars 2024 - 15:16
Image
macron Medvedev
Crédits
AFP / France-Soir
Macron a déclaré : "il n'y a plus de lignes rouges, il n'y a plus de limites" en termes de soutien à l'Ukraine
AFP / France-Soir

Emmanuel Macron a affirmé jeudi que la France ne devait se mettre "aucune limite" dans son soutien à l'Ukraine, devant un panel de responsables des oppositions qui ont dénoncé une posture "irresponsable" avant un débat parlementaire qui s'annonce plus que tumultueux.

"Face à un ennemi qui ne se met aucune limite, nous ne pouvons nous permettre d'en formuler", a dit le président aux chefs des partis représentés au Parlement, réunis pendant 2H30 à huis clos à l'Elysée.

Il a ainsi totalement assumé ses propos du 26 février, lorsqu'il avait affirmé que l'envoi en Ukraine, à l'avenir, de troupes au sol ne devait pas "être exclu", au nom d'une "ambiguïté stratégique". La plupart des autres alliés de Kiev s'étaient démarqués de cette position, tout comme l’opposition en France. Quant au Kremlin, il a accusé jeudi le président français "d'augmenter le niveau d'implication directe de la France" dans le conflit.

"Je suis arrivé inquiet et je suis ressorti plus inquiet", a résumé devant la presse le coordinateur de La France insoumise Manuel Bompard à l'issue de la réunion élyséenne. Selon lui, le chef de l'Etat a expliqué qu'il "fallait soutenir l'Ukraine quoi qu'il en coûte". "Il n'y a aucune limite et aucune ligne rouge", a aussi déploré le dirigeant du Rassemblement national, Jordan Bardella.

A l'unisson de ses homologues de gauche comme de droite, le président du parti Les Républicains Eric Ciotti a dénoncé une posture présidentielle "inopportune, inappropriée, voire irresponsable", qui a "isolé notre pays".

Selon le patron des communistes Fabien Roussel, Emmanuel Macron a notamment esquissé, carte à l'appui, le scénario d'une avancée du front "vers Odessa ou vers Kiev", "ce qui pourrait engager une intervention" pour arrêter la Russie.

"C'est vraiment un problème d'amateurisme à ce stade-là", a renchéri la cheffe des Ecologistes Marine Tondelier, évoquant une "déclaration viriliste".

L'entourage du président a lui réaffirmé qu'il ne voulait pas d'"escalade", et évoqué des "contradictions" chez ses opposants.

L'ensemble des forces politiques ont toutes plaidé jeudi pour un "soutien indéfectible à l'Ukraine", a-t-il rapporté . "Cela veut bien dire qu'il ne faut pas faire défaut à l'Ukraine et faire tout notre possible pour que la Russie ne gagne pas. Et donc ne rien exclure", a ajouté un conseiller.

Le clivage sur l'Ukraine, est assumé par le chef de l'Etat à trois mois des élections européennes de juin.

Alors que la liste menée par Jordan Bardella fait la course largement en tête dans les sondages, la Macronie semble vouloir en faire son adversaire quasi-exclusif lors de sa campagne qu'elle lance samedi à Lille.

La semaine dernière, le Premier ministre Gabriel Attal avait donné le ton en se demandant "si les troupes de Vladimir Poutine ne sont pas déjà dans notre pays", visant nommément Marine Le Pen. Jordan Bardella a répondu devant Emmanuel Macron qu'il était "irresponsable" de comparer le RN à "une armée d'occupation étrangère". "On a un président qui malheureusement comme toujours joue", pour "instrumentaliser la guerre" en vue des élections, a déploré le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure. "C'est pas une Game Boy, en fait, la France", s'est-il indigné.

Emmanuel Macron, qui a promis de se rendre en Ukraine avant mi-mars, tente d'imposer son leadership face à la Russie. La France organise jeudi après-midi une visioconférence ministérielle avec près de 30 pays occidentaux pour détailler de nouvelles options d'aide à Kiev.

Côté politique, un débat est prévu la semaine prochaine au Parlement, suivi d'un vote non contraignant - mardi à l'Assemblée nationale, mercredi au Sénat. Ce débat s'annonce d’ores et déjà bien agité. Non pas tant au sujet de l'accord bilatéral de sécurité signé mi-février avec l'Ukraine, sur lequel porte formellement le vote, mais en raison des récentes déclarations du président, qui a aussi appelé les alliés occidentaux à ne pas "être lâches", renforçant l'ire de l'Allemagne.

Si LR a ouvert la voie à un vote positif, et si les Ecologistes et le Parti socialiste hésitent, le reste de la gauche penche pour une opposition franche. Fabien Roussel et Manuel Bompard ont invoqué "la perspective de l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne ou à l'Otan" qui figure dans le texte soumis au vote. Une "ligne rouge" aussi pour Jordan Bardella, qui a toutefois laisser planer le suspense sur la décision du RN, favorable au "principe d'un accord bilatéral".

Quant à Dmitry Medvedev, il postait hier jeudi 18:00 sur X (Twitter) à l’intention d’Emmanuel Macron : Macron a déclaré : "il n'y a plus de lignes rouges, il n'y a plus de limites" en termes de soutien à l'Ukraine (Le Monde). Cela signifie alors que la Russie n'a plus de lignes rouges pour la France. "In hostem omina licita". A l’ennemi tout est permis

L’escalade semble s’amplifier inexorablement entre la Macronie va-t-en-guerre et la Russie qui n’entend pas s’en laisser conter, même si d’après Fabien Roussel, Emmanuel Macron a affirmé hier, lors de la réunion des chefs de partis, que la Russie demandait elle-même un cessez-le-feu.

Cessez-le-feu qu’il est "impossible d’accorder" d’après notre président, car cela reviendrait à "geler les positions".

Il faut espérer que les petits intérêts de politiques politiciennes ne prennent pas le dessus chez nos chers élus, et qu’ils sauront trouver la force de se regrouper dans un élan de patriotisme, effaçant leurs divergences, pour que la France retrouve son rôle dans la diplomatie et sorte de cette spirale belliqueuse.
 

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel Macron en pilote de l'armée de l'air
Macron évoque l'envoi de troupes en Ukraine et se fait rembarrer
Lundi 26 février, lors d'une conférence de soutien à l'Ukraine réunissant des membres de l'Union européenne et de l'OTAN, Emmanuel Macron a évoqué la possibilité d'env...
27 février 2024 - 19:30
Politique
Image
Aris Messini AFP Canon
La folle dérive guerrière de Macron
Le 26 février dernier, en conclusion d’une conférence internationale qu’il a lui-même initiée, dédiée à l’aide à l’Ukraine, Emmanuel Macron a affirmé que l’envoi de tr...
05 mars 2024 - 15:15
Opinions
Image
Le courage de la paix Edito XA
Le courage de la Paix
J'ai une idée. Une suggestion. Plutôt que de se laisser glisser lentement mais sûrement, irrésistiblement, même, vers les tentations de la non-paix à laquelle nous n'a...
27 février 2024 - 16:30
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.