À quand le nouveau Coluche  ?

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 21 juin 2023 - 14:00
Image
Coluche
Crédits
Photo par Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
Un manifestant contre la loi retraites tient une pancarte sur laquelle on peut lire une citation de Coluche "la différence entre les oiseaux et les politiciens : de temps en temps les oiseaux s'arrêtent de voler" (13 avril 2023, Paris).
Photo par Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

ÉDITO - On l'attend tous. On espère tous, jusqu'ici en vain, à chaque fois qu'un humoriste est catalogué "corrosif" sur les sujets sensibles, que ça y est, enfin on tient le nouveau Coluche.  Malheureusement, pour l'instant, à défaut d’un fou du roi efficace, on doit se contenter de quelques guignols : les professionnels de la politique qui, il est vrai, se montrent tous excellents pour ce qui est de nous faire rire jaune, et leurs divers relais associés.  

Outre les affaires de mœurs dont ils sont les vedettes récurrentes, les malversations hélas souvent effacées par la justice, il y a la violence physique avec laquelle les manifestations citoyennes sont réprimées ou interdites, une violence gratuite tandis que les casseurs eux ne sont pas inquiétés. Vraiment, de quoi rire jaune.  

Il y a également le “deux poids, deux mesures” pour le moins “hilarant” entre différentes décisions de justice et applications des peines.  

D’un côté, le mois de prison avec sursis contre le procureur qui avait publié sur un site internet libertin une annonce pour prostituer sa fille....Ou le fait que Nicolas Sarkozy, ancien président (dont le leitmotiv était la “tolérance zéro”) malgré une troisième condamnation à de la prison ferme, dont deux peines sont définitives, soit toujours en liberté à l’heure actuelle. 

Et de l'autre côté, celui des gueux, il y a les peines de 12 et 15 mois de prison ferme, immédiatement portées à exécution pour des citoyens, qui, c'est vrai, ont commis le crime de lèse-majesté d'avoir cherché à placer un caramel à un chocolatier d’Amiens, le neveu d'Emmanuel Macron.  

Pareil pour la nouvelle blague de l'AFP, qui consiste à s'appliquer là aussi en suppositoire la charte de Munich, l'éthique et la déontologie normalement de mise. Car l’agence de presse ne parle pas de la plainte pénale dont est l'objet, en Belgique, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, pour collusion criminelle avec les fabricants du “vaccin” anti-Covid-19.   

C’est vrai, ça, pourquoi s’encombrer... Après tout, elle n’a fait qu’acheter 4 milliards de doses, à savoir 10 fois plus que la population totale de l'Union européenne, et ceci sans que jamais le Parlement européen n'ait été consulté sur le sujet. Une paille !  

En ce qui concerne Macron, il est dommage que le paradoxe ne soit un ressort comique que si, et seulement si, celui-ci est tendu avec finesse. Sinon, qu'il serait drôle notre président de la République, dans le rôle de l'antinomique de service, toujours bon à dire tout et son contraire dans la même phrase ou à peine quelques jours d'intervalle... Et les exemples sont nombreux :  

En 2014, il avoue qu’il est socialiste. Mais en 2016, il affirme : “L’honnêteté m’oblige à dire que je ne suis pas socialiste”

En 2016, il déclare sur le cannabis qu’il est “vain de pénaliser systématiquement la consommation de cannabis” pour prôner ensuite en 2017 la “tolérance zéro”. 

En 2019, à propos de la loi sur les retraites en prévision, décaler l’âge de départ à la retraite est selon lui “hypocrite”.  

À propos du nucléaire, il le considère d’abord comme “un choix d’avenir”. Puis déclare ensuite “qu’il n’est pas bon d’avoir 75% d’électricité d’origine nucléaire”. Un triple salto, arrière, avant, en biais, on ne sait plus, on a du mal à suivre. 

Mais il y a pire ! Si. Nettement pire, même. “Inadmissible” ont dit les inquisiteurs en chef, autoproclamés critiques (mais option comique), qui m'ont fait part de l'information à l'insu de leur plein gré.  Il y a des humoristes, heureusement boycottés par les médias quant à eux, qui proposent des spectacles dans lesquels ils contestent quelques versions officielles, tant s'agissant de la Covid que du réchauffement climatique.  

Ils dénient l'authenticité du propos, martelé par le gouvernement et son administration, qu'ils assimilent à de la propagande et raillent absolument tous ceux qui s'emploient à faire passer des vessies pour des lanternes et à nous faire avaler des couleuvres.   

Mais pour qui se prennent-ils ? Honte par exemple à Docteur Alwest, de son vrai nom Farid Alest, qui veut à la fois faire rire et “incarner le changement”. Il faut le dénoncer à CopyComic pour plagiat du locataire de l’Elysée !

D’autres troublions naviguent sur YouTube, qui nous font penser au personnage Glandu*, essayant d’échapper à la censure bien huilée sur cette plateforme. Ils n’hésitent pas à glisser sur des sujets comme la perruque présumée d’Emmanuel Macron (une chose est sûre : je ne suis pas concerné), sa psychologie, sa compagne (qui a récemment fait la Une du dernier Gala “Spécial Hommes”) ou qui attaquent de front l’efficacité du sacro-saint vaccin anti-Covid-19... 

À propos de ce dernier, auraient-ils parfaitement raison de dire que tout cela n’était qu’un immense loto ? Combien de chances d’être victime d’un effet secondaire vaccinal grave ? 1 chance sur 10000 ? 1 chance sur 5000 ? Au loto, c’est une chance sur 19 millions de pouvoir emporter le gros lot... Quant aux chances des victimes du vaccin d’être indemnisées, cela se déterminera au tribunal. 100% d’entre elles ont tenté leur chance afin d’être protégées d’une maladie avec un vaccin qui n’empêchait pas la transmission...

Oui, ce vaccin anti-Covid-19 n’a jamais empêché la transmission du Sars-CoV-2 et pourtant, le passe sanitaire est né et un dénommé Emmanuel voulait “emmerder les Français” avec ces histoires. Qu’il ose dire le contraire : je lui propose alors une nouvelle fois de participer au “Défi de la vérité”.

Un président qui "emmerde" les Français lorsqu'un humoriste, jadis, savait tellement les aimer au point de leur venir en aide et de vouloir mettre un coup de pied dans la fourmillière... Le monde à l'envers, en somme. 

*personnage raciste, acariâtre et d'une mauvaise foi poussée à l'extrême inventé jadis par Thierry le Luron – que l’on regrette tout autant que Coluche - pour fustiger à l’époque tout l'appareil politique sans être inquiété par la justice. 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.